Votre navigateur est obsolète ! Essayer d’ouvrir cette page web sur un autre navigateur.
Aller au contenu
Caligula
Caligula
Caligula
Caligula
Caligula
Caligula
Caligula

Caligula , d’Albert Camus
Jonathan Capdevielle

Avec son Caligula, le metteur en scène et comédien Jonathan Capdevielle propose une lecture originale qui puise dans les deux versions de l’œuvre de Camus : l’une, plus poétique, de 1941, l’autre, de 1958, plus politique. Du célèbre empereur romain, la postérité a gardé l’image d’un tyran cruel et paranoïaque, aussi laid moralement que physiquement, « sain ni de corps ni d’esprit » selon le poète latin Suétone. Mais il est aussi un être souffrant de l’état du monde, ivre d’un pouvoir politique absolu et pourtant impuissant à changer la condition humaine. À travers son refus violent des conventions et de toute compromission, il fait apparaître son impuissance. Et c’est l’art, dès lors, qui prend la relève pour sublimer une réalité fondamentalement décevante.

Partant de ce personnage insaisissable, Jonathan Capdevielle propose un spectacle inclassable qui convoque le texte de la pièce, mais aussi la musique jouée sur scène, la danse, la marionnette. Après le voyage initiatique de Rémi en 2022 au Maillon, les outils du théâtre sont mis au service d’une nouvelle quête : chercher à tracer les contours d’une figure profondément tragique, à la fois radicale et ambiguë.

La fabrique d’expériences

Caligula The Ultimate Cut

Caligula The Ultimate Cut

Un remontage choral du classique des années 70, présenté dans la sélection Cannes Classics 2023.

ma 5 déc

Fellini Roma

Fellini Roma

La vie à Rome de 1930 à nos jours vue par un de ses admirateurs, Federico Fellini.

me 6 déc

La Grande Bellezza

La Grande Bellezza

Rome dans la splendeur de l’été.

me 6 déc

« Caligula par Jonathan Capdevielle, pour le meilleur et pour l’empereur »

« L’adaptation de la pièce d’Albert Camus par Jonathan Capdevielle au Théâtre de Gennevilliers réussit le tour de force d’incarner parfaitement aujourd’hui un texte pourtant idéologiquement daté. »
lire l’article sur Libération (abonné·e·s)


« Le comédien et metteur en scène Jonathan Capdevielle fait exploser le didactisme déclamatoire du Caligula d’Albert Camus »

« Jonathan Capdevielle fait exploser le didactisme déclamatoire du Caligula d’Albert Camus. Il crée un objet théâtral inspiré et inspirant qui met en jeu les contradictions de la liberté, les errances de la vérité, l’exercice du pouvoir… En créant ce spectacle d’une grande force poétique, qui dévoile des tableaux sonores et corporels saisissants, Jonathan Capdevielle nous plonge au cœur d’une double dérive : celle d’un être enfermé dans les obsessions de sa condition ; celle d’un monde décadent et de la civilisation qui le façonne. »
lire l’article sur La Terrasse

« Jonathan Capdevielle : portrait de l’artiste en tyran »

« À travers le Caligula d’Albert Camus, Jonathan Capdevielle sonde les liens mortifères entre art et pouvoir. Et si, derrière les fantasmes d’absolu du célèbre empereur, se cachaient nos pulsions totalitaires ? »
lire l’article sur Mouvement

Jonathan Capdevielle : « Habiter le plateau et le rendre vivant juste avec des voix »

Jonathan Capdevielle au micro d’Arnaud Laporte – à écouter sur France Culture

Formé à l’École supérieure Nationale des arts de la marionnette, Jonathan Capdevielle est metteur en scène, acteur, marionnettiste, ventriloque, danseur, chanteur. L’ensemble de ses projets est traversé par des thématiques communes : la construction de l’identité, les carnets intimes et la famille à travers la culture traditionnelle et la chanson populaire, l’imposture comme forme de pouvoir dévastateur, la confusion des genres et les détournements de l’ordre moral établi. Jonathan Capdevielle attache une grande importance à la diversité des matières narratives qui passe par l’adaptation d’œuvres littéraires tout comme par l’écriture de plateau ou l’improvisation. Le travail du son comme créateur d’espaces, de hors champs, de climats tient également une place importante dans son parcours. Jonathan Capdevielle est accueilli à Strasbourg avec Adishatz (2014) et Rémi (2022).

Conception et mise en scène : Jonathan Capdevielle
Texte : Albert Camus
Assistante à la mise en scène : Christèle Ortu
Avec Adrien Barazzone, Jonathan Capdevielle, Dimitri Doré, Jonathan Drillet, Michèle Gurtner, Arthur B. Gillette & Ignacio Plaza Ponce (en alternance), Jennifer Eliz Hutt, Jérôme Masson, Anne Steffens, Jean-Philippe Valour et les musicien·ne·s Arthur B. Gillette, Jennifer Eliz Hutt
Musiciens live : Jennifer Eliz Hutt, Arthur B. Gillette & Ignacio Plaza Ponce (en alternance)
Composition et mise en espace sonores : Vanessa Court
Lumière : Bruno Faucher
Musique originale : Arthur B. Gillette & Jennifer Eliz Hutt
Conception Costumes : Colombe Lauriot Prévost
Atelier Costumes : Caroline Trossevin
Scénographie : Nadia Lauro
Chorégraphie : Guillaume Marie
Régie générale : Jérôme Masson
Régie plateau : Léa Bonhomme
Coachs italien : Lavinia Lucia Marziale et Chiara Bucher
Construction scénographie : Ateliers Nanterre - Amandiers / Marie Maresca, Vincent Garnier, Charlotte Wallet, Michel Arnould, Jules Cruveiller , Myrtille Pichon, Nina Michel, Albin Farago 
Production, diffusion, administration : Fabrik Cassiopée – Manon Crochemore, Mathilde Lalanne et Isabelle Morel

Production déléguée : Association Poppydog
Coproduction : T2G, Centre dramatique national de Gennevilliers / Festival d’Automne à Paris / Théâtre des 13 vents, Centre dramatique national de Montpellier / Le Quartz, Scène nationale de Brest / Chateauvallon Liberté, Scène nationale de Toulon / Le Parvis, Scène nationale de Tarbes / Comédie de Béthune CDN / L’Onde Théâtre – Cinéma Vélizy-Villacoublay / Centre Dramatique National Besançon Franche-Comté / Maillon, Théâtre de Strasbourg – Scène européenne
Jonathan Capdevielle est artiste associé au T2G Théâtre de Gennevilliers, Centre Dramatique National.
Soutiens et accompagnements : Direction régionale des affaires culturelles d’Île-de-France – ministère de la Culture, au titre du conventionnement
Avec l’aide de la Région Ile-de-France, au titre de l’aide à la création

Albert Camus et Caligula

« On ne peut tout détruire sans se détruire soi-même. C’est pourquoi Caligula dépeuple le monde autour de lui et, fidèle à sa logique, fait ce qu’il faut pour armer contre lui ceux qui finiront par le tuer. Caligula est l’histoire d’un suicide supérieur. C’est l’histoire de la plus humaine et de la plus tragique des erreurs. » Albert Camus

Invité : Michel Erman (philosophe et professeur de linguistique à l’université de Bourgogne).

Emission par Raphaël Enthoven, dans Les Nouveaux Chemins de la connaissance.

à retrouver ici

juin

S’inscrire à la newsletter

Cette adresse a été ajoutée aux destinataires de la newsletter.

Pour recevoir une newsletter thématique, précisez vos centres d'intérêt.